"Il faut se laisser s'ennuyer pour être brillant"
Dr Jonathan Smallwood, neuroscientifique spécialiste du domaine

comment s'ennuyer chaque jour pour
activer le "default mode" de son cerveau quand on a une vie bien remplie ?



(Tout comme les génies qui ont fait l'histoire le faisaient
sans avoir à y penser ou se l'imposer)


"Il faut se laisser s'ennuyer pour être brillant"

Dr Jonathan Smallwood,
neuroscientifique spécialiste de l'ennui

comment s'ennuyer
chaque jour 
pour activer le "default mode" de son cerveau quand on a une vie bien remplie ?


(Tout comme les génies qui ont fait l'histoire le faisaient
sans avoir à y penser ou se l'imposer)

Vous l'aviez compris :

Entrepreneur, inventeur, génie ou pas, il est très bénéfique de laisser de l'espace à son cerveau :

Rien de mieux pour avoir les idées claires et la tête reposée que d'avoir pas mal de temps chaque jour juste pour laisser vagabonder son esprit, seul avec ses pensées. Ce n'est pas pour rien que l'on retrouve cette habitude dans les journées de tous les grands génies au cerveau hypercréactif dont on peut étudier la vie :


Bill Gates, Quentin Tarantino, Bob Iger, Einstein, B. Franklin, Léonard de Vinci...

Tous ces génies ont ou avaient inconsciemment adoptés des habitudes leur permettant de s'ennuyer et donc d'activer fréquemment le fameux default mode de notre cerveau.

"I'm a big believer in boredom" - Steve Jobs


Depuis, les neuroscientifiques ont découvert les nombreux bénéfices apportés par le default mode :

  • Le default mode permet de trier et clotûrer les processus de réflexion, qui, trop nombreux, génère stress, ruminations, difficultés à y voir clair...
  • Il permet donc d'avoir plus de temps et d'espace mental à consacrer aux quelques réflexions vraiment importantes, celles qui comptent en regard de nos objectifs du moment...
  • ...Et donc d'avancer plus efficacement, la tête au clair.
  • Cela permet également d'en sortir des idées pertinentes, plus focus, plutôt qu'une tonne de ces idées encombrantes qui dispersent temps, énergie et enthousiasme.
  • De plus, activer le default mode de notre cerveau est le meilleur moyen d'exploiter au maximum son potentiel créatif, et donc de trouver des idées que l'on aurait pas pu avoir autrement.
  • L'ancien CEO de Disney - le célèbre et talentueux Bob Iger qui a redressé l'entreprise alors en faillite - dit que prendre du temps pour laisser vagabonder son esprit chaque jour est "vital pour un entrepreneur" :
  • Rien de plus important dans ce métier que de cogiter, anticiper, analyser, trouver des solutions, des idées de génie, des façons plus rapides et faciles d'exécuter et atteindre les objectifs prévus, thinker outside the box, rétrospecter... Sans devenir fou !
  • Le default mode est donc essentiel pour les personnes dont le métier consiste avant tout à réfléchir beaucoup, innover et avoir les idées claires mais...

Tout ceci est bien beau...



Néamoins, comment s'ennuyer tous les jours pour activer son default mode quand on n'a pas vraiment le temps ni forcément l'envie d'ajouter une routine/ habitude de plus à nos journées pleines à craquer ?


Vous allez découvrir sur cette page qu'il n'y a ni besoin de temps, ni besoin de s'imposer une énième habitude...

Et comment vous allez pouvoir vous libérer facilement du temps chaque jour pour pouvoir activer le default mode de votre cerveau comme les grands cerveaux hypercréactifs avaient besoin de le faire pour garder focus, idées claires, et exploiter leur génie...

 

Sans changer d'un poil votre emploi du temps, ni même avoir à penser à prendre cette habitude !

 

Vous êtes prêt ?


Rentrons dans le vif du sujet :

oui, vous avez déjà le temps
de vous ennuyer régulièrement

La réalité, c'est que l'être humain déteste s'ennuyer, et fait tout pour occuper la moindre seconde de libre.


Pour vous le prouver, je vous propose de faire quelque chose qui fait peur à voir. Mais dans le but de provoquer un déclic positif. Vous n'êtes pas contre ?

Alors ouvrez les paramètres de votre smartphone. Puis rendez-vous dans la section "bien-être numérique". Vous allez y trouver le temps que vous passez sur votre téléphone. Et également le nombre de déverrouillages quotidien :


Vous allez probablement avoir un choc. La plupart des proches et clients avec qui j'ai testé cela estimaient passer entre deux et trois fois moins de temps sur leur téléphone qu'en réalité. Mais bref :


Quel que soit le nombre de fois où vous déverrouillez votre téléphone chaque jour, ou le temps que vous y passez ?


C'est autant de fois que vous avez in
terrompu votre cerveau, et que vous avez loupé un temps - même de 30 secondes - pour entrer ou rester dans le si bénéfique default mode.




Et donc autant de chance en moins pour faire le clair dans vos pensées, résoudre ce qui vous tracasse l'esprit, trouver des idées enthousiasmantes...


 


Ainsi que tout ce que le default mode fait de beau pour le cerveau et la vie de ceux qui l'activent très régulièrement.


Malheureusement, dès que l'on a un temps libre - même 10 secondes - plutôt que de s'ennuyer ?

 

C'est un réflexe inconscient : on sort notre téléphone. Que ce soit pour lire, jouer, visionner, écouter… Même si c'est "productif", peu importe :
Ce sont des dizaines d'opportunités quotidiennes qu'on ne saisit pas pour activer notre default mode.

Et je ne vous apprends rien en vous disant que nous sommes plus ou moins accros à nos smartphones, que l'on s'en rende compte ou non (merci aux millions de dollars injectés rien que pour nous rendre accros aux réseaux etc).

D'ailleurs, vous avez peut-être essayé un principe similaire à cela pour vous en débarrasser :


Les passants sont subtilement incités à ne pas jeter leur mégot par terre, sans qu'ils n'y soient contraints.

Cette pratique porte un nom :

Le nudging

(= la discipline sans efforts, ni contraintes)

Si vous avez déjà essayé d'enlever vos notifications et de désinstaller certaines applications ?


Vous êtes familier avec le concept du nudging.

 

Malheureusement, comme vous avez pu le constater, les effets, bien que visibles, restent limités ; il nous arrive de réinstaller l'application. Ou alors on utilise le temps que l'on y passait pour en perdre sur une autre.
Mais toujours pas d'ennui en vue - et donc pas d'activation fréquente du default mode de notre cerveau.

Parce qu'un nudge laisse le choix à l'utilisateur !

 

Mais quand on s'attaque à un problème aussi important que le smartphone, quand on se bat contre des millions injectés pour nous rendre accros et des millions d'années d'évolution ?


Il nous faut prendre des mesures bien plus radicales.


Plus particulièrement, en faisant en sorte de ne PAS avoir le choix. C'est pourquoi, pour me débarrasser de ces automatismes qui me faisaient passer du temps sur mon téléphone plutôt que prendre soin de mon cerveau en activant plusieurs fois par jour son default mode, j'ai dû utiliser...

une petite méthode "nudge extrême"

Elle prend 20 minutes à mettre en place (ensuite, plus besoin de la réappliquer)...


…Et ne nous laisse pas d'autre choix que de ne PAS aller sur notre smartphone - que l'on ait 20 secondes ou 20 minutes de temps à tuer - ce qui nous oblige à nous ennuyer et donc profiter des nombreux bénéfices apportés par l'activation du default mode de notre cerveau.


(Tout en nous permettant de le garder sur nous et de l'utiliser pour les choses dont on a vraiment besoin et quelques de petits plaisirs, mais maîtrisés - j'en reparle plus bas).


C'est presque comme si nous étions transporté à l'époque où les possibilités de s'occuper étaient rares, où les cerveaux hypercréactifs avaient beaucoup de temps et d'espace pour s'ennuyer / activer le default mode de leur cerveau.


Et donc développer et exploiter leur génie comme il se doit, les menants à découvertes et innovations sensationnelles.



Cette habitude de s'ennuyer "automatiquement" (pas besoin d'y penser ou de s'y contraindre) est d'autant plus avantageuse de nos jours, où plus personne ou presque ne passe une journée sans avoir de moyens de s'y distraire 100% du temps, et ne peut donc activer régulièrement son default mode.



J'avais plusieurs idées de nom pour cette méthode :


MindClear, Ridaphone (rid = se débarrasser), Back to Brain, Brain Break… Mais quand j'ai trouvé ce nom, j'ai su que c'était le bon.

 

Je l'ai appelée...

la méthode brain breath

Parce que c'est exactement ça :
On voit enfin notre cerveau respirer. Comme le dit un talentueux copywriter français :



"Qu'est-ce que ça m'a libéré la vie et me libère le cerveau, et qu'est-ce que j'ai repris le contrôle sur mes journées depuis que je n'ai plus de téléphone. C'est juste dingue !"



Bon, lui s'est carrément débarrassé de son téléphone. Pas besoin d'être aussi extrême, surtout qu'on en a parfois vraiment besoin.
Jeter son téléphone n'est pas nécessaire pour prendre soin de notre cerveau et garder les idées claires en entrant fréquemment et automatiquement dans le default mode.




Il n'est pas non plus nécessaire de s'interdire d'aller une fois de temps en temps sur Facebook ou YouTube.




Il faut savoir s'autoriser des plaisirs tant qu'on en garde le contrôle :

"Se distraire" a également une connotation positive. Mais c'est justement parce qu'il est si difficile de garder par soi-même le contrôle sur l'utilisation de son smartphone que j'ai développé la méthode Brain Breath :

Une fois appliquée, on se retrouve dans l'incapacité de céder à des envies contre-productives de se distraire plus que de raison :

Si vous vous autorisez par exemple 20 minutes de YouTube ou par jour, vous pourrez, mais pas une minute de plus.


Cette méthode facilite donc l'activation fréquente du default mode sans avoir besoin de s'y forcer, d'y penser ou de trouver le temps.

Parce grâce au principe du nudging poussé à l'extrême qu'elle exploite...


Que votre cerveau ait envie de se retrouver seul avec vous ou pas, il n'aura pas le choix !


D'ailleurs...

Voici ma garantie

Si vous n'arrivez pas à garder un contrôle total sur l'utilisation de votre smartphone sans avoir à employer volonté et discipline grâce à la méthode Brain Breath, vous êtes remboursé sur le champ.

 

Mais ça n'est jamais arrivé :

 

Bien que cette méthode soit très courte et simple à appliquer (elle tient en deux pages de PDF), elle est radicale.

 

D'ailleurs, quand vous l'aurez appliquée, vous m'en voudrez :

Il est possible que vous ressentiez temporairement le manque de dopamine habituellement injectée par vos applications. Et faire face à la peur naturelle de vous ennuyer - même celle de réfléchir :


Si vous ne laissez pas assez de temps et d'espace à votre cerveau pour activer régulièrement son default mode (qui permet de faire le tri), il est tout naturel que ce soit la pagaille là-haut, et que vous souhaitiez éviter de vous y retrouver...

Mais une fois cette habitude prise, que le clair est retrouvé, et que l'on découvre les bien-être, la liberté et le recul que cela nous procure au quotidien ?


On change rapidement d'avis :

       Témoignages

Brain Breath

"Je me sens revenir dans les années de ma jeunesse, où nous n'avions rien pour combler notre ennui et où les choses étaient bien plus simples. Je me suis rendu compte que c'était bien moins une question d'époque ou d'âge qu'une question d'avoir du temps pour laisser vagabonder son esprit, sans être tenté par son portable."

"Brain breath, c'est si bien choisi. Mon cerveau respire à nouveau. Je respire à nouveau. Merci de nous avoir informés des grand avantages de l'ennuie, et proposé une solution si simple, efficace pour en profiter sans avoir à se battre avec nos habitudes ou changer notre planning chargé."

Attention :

Cette méthode ne répétera évidemment pas les conseils évidents comme "désactiver les notifications", "mettre son téléphone en silencieux", "désinstaller les applications", "ne pas garder son téléphone dans la même pièce quand on travaille"...

Rappelez-vous :
J'ai parlé de nudge "extrême" et de "ne pas avoir d'autre choix que de ne pas aller sur son téléphone sauf pour les choses vraiment essentielles".

Si vous connaissiez et appliquiez déjà cette méthode, vous n'iriez déjà plus machinalement sur votre téléphone et vous vous verriez vous ennuyer fréquemment, où que vous soyez, quoi que vous fassiez.

Prêt à laisser souffler votre cerveau en retournant à l'époque bénie où il ne pouvait être occupé 24/24h ?




Si vous désirez connaître la méthode Brain Breath et prendre les 20 minutes qu'il faut pour la mettre en place une bonne fois pour toute et profiter des innombrables bénéfices (temps, argent, énergie, créativité, clarté, focus cérébral…) qu'apporte le fait d'activer fréquemment le default mode de son cerveau plutôt que d'avoir nez dans son smartphone comme tout le monde ?


Il vous suffit de passer commande en cliquant sur le bouton ci-dessous.


(Vous aurez accès au immédiatement au PDF, et pourrez donc appliquer la méthode dans 3 minutes).




De plus :

  • Vous pouvez obtenir une réduction de 20% en envoyant une capture d'écran de la section "bien être numérique" de vos paramètres avec un nombre de déverrouillages supérieur à 30 (conseils@omvi.fr).

  • La méthode Brain Breath est remboursée sur le champ si vous n'en gagnez pas un contrôle total et sans efforts de l'utilisation de votre smartphone :

    Aucune discipline requise, c'est tout l'intérêt de ce que vous allez découvrir.



 

Des questions ?

Envoyez un mail à conseils@omvi.fr

Cette page et ce produit ont été conçus et publiés par Vivien Willard, consultant en développement d'entreprise, marketing & gestion de charge mentale, fondateur de Omvi.

Un mot sur Vivien ?
Assisté d'une psychologue, étudiant la vie de grands génies et s'appuyant sur des recherches neuroscientifiques, il a développé principes et concepts permettant de faire d'un cerveau fertile mais surchargé un avantage créatif hors-norme pour un entrepreneur.
Via consultations, formations et ses fameux OmviCONSEILS™, il partage aujourd'hui ce qui lui permet d'avancer rapidement et sereinement, en symbiose avec son cerveau hypercréactif plutôt qu'en se battant contre lui.


La méthode Brain Breath en fait d'ailleurs partie.

Success message!
Warning message!
Error message!